30 000 mille coureurs pour l'unité!

Publié le par gotolebanon

100 0993

Ce dimanche 7 novembre, j'ai eu la chance de pouvoir participer à un grand évènement de l'actualité libanaise: le Marathon de Beyrouth.

 

P1000120Un évènement qui excitait beaucoup les jeunes de l'école. 2h00 de route où l'explosion de joie et de chants était reine! En France, le chauffeur aurait, au choix, ou dégainé une arme à feux ou alors sombré dans la dépression (tout le monde debout à danser et taper dans les mains en rythme, à manger le délicieux pain libanais fourré de Labné et donc à mettre des miettes partout... trajet trèèèès loin de mes souvenirs de voyages scolaires), mais lui aussi semblait tout chose. Dans une atmosphère "raï-isante" , nous avons donc filé en direction de Beyrouth, étreinant nos beaux tee-shirt jaunes représentants la région de la Bekaa. Je ne parlerai plus de la conduite libanaise. Mais je l'avoue: j'ai prié... Quand tu vois 5 bus scolaire arriver en même temps dans un carrefour et dont tous les chauffeurs sont au téléphone, la confiance ou la foi deviennent tes alliés. Passons...

 

Je n'ai pas trop compris de quoi il s'agissait en arrivant. Me laissant porter par les évènements, j'ai seulement compris au bout de deux km que le départ avait été donné (un peu boulette la fille... mais je ne comprends pas l'arabe) Nous nous sommes donc élancés tels des gazelles (gazelle en chaussures de marche pour ma part, seule fille de Beyrouth à me tartiner le visage toutes les heures de crème +50...) L'ambiance était festive, jouissive même. Tous les participants défilaient en souriant sous un ciel magnifique, dans une ambiance musicale, sportive et pleine de rencontres. Je suis restée avec les jeunes de l'école, abandonnant le projet de me sculpter un corps de rêve dans un footing inoubliable. Pour les coureurs, le parcours était un peu plus long... plus de 42 km.

 

P1000113Ce fut l'occasion d'avoir, tout d'abord, un aperçu de Beyrouth. L'atmosphère urbaine était pour la citadine que je suis plutôt rassurante (Hadath est en effet énormément reculé) La ville se relève doucement mais surement des assauts de 2006. Beaucoup d'immeubles sont détruits, abandonnés, mais beaucoup sont reconstruits. On assiste de fait à une longue et, assez étonnement, belle valse de grues multicolores qui se découpent dans le ciel. Parfois, il est amusant de croiser entre les buildings de vieilles maisons , souvenirs d'une ville qui aujourd'hui n'existe plus.

 

 


P1000111

 


Ces 10km de marche m'ont également permis une rencontre avec la diversité libanaise. Tchador, simple voile, habit religieux, parcelles de corps plus ou moins dévoilées -pour ne pas dire parfois dénudés- cohabitaient sans aucun regard de haine ou d'incompréhension. L'unité était aussi présente dans les nombreux lieux religieux croisés: mosquée, église maronite, melchite, orthodoxe, protestante...Diversité également dans les constructions et les différents quartiers parcourus*.

100 1025 Ce fut également l'occasion de passer du temps avec les élèves de cinquième et quatrième. De belles rencontres donc, mais une réalité: le chemin sera long pour moi à l'école... ne pas parler ni comprendre l'arabe est en effet très handicapant. Pour la première fois également, j'ai ressenti de façon intense ce que signifiait les mot "étranger" et "solitude". 

 

 

 


P1000119Enfin, de nombreuses ONG et associations étaient présentes, portant fièrement leurs couleurs -et foulards scouts!!- et slogan: pour la paix, l'entraide, la préservation de l'environnement, la recherche médicale... l'espoir étant la couleur commune de cette palette pleine de diversité. C'est une des choses qui me marquera longtemps.

 


Plus d'infos ici ou . Photos ici

 pour les connaisseurs:nous sommes partis de l'avenue Gamal Abdel Nasser, puis nos pieds nous ont porté à Tayyouneh, Omar Beyhum, aux avenues Hamid Frangié, Imam Khomeyni, Imam Sadr, Hadi Nasrallah, Béchara el-Khoury, Abdallah Yafi, puis dans la Galerie Semaan,  dans les rues Gharios,  Damas, Chevrolet, Youssef el-Hayek, au Marché du dimanche, à la corniche Pierre Gemayel, dans les rues d'Arménie, de St-Joseph, sur la route côtière, Zalka, Jal el-Dib, la Marina Dbayé, pour finalement retourner au point d'arrivée, prévu à la place des Martyrs.

P1000099

Les photos 1 et 5 ne sont pas de moi, mais de Sr Joumana et d'un bel et sombre inconnu (cass dédi à ce grand woody!)

Publié dans ma petite vie d'expat

Commenter cet article

Ta marraine 10/11/2010 14:15



Merci ma filleule..nous sommes ravis de te suivre dans ton cheminement...Cela nous permet de découvrir en même temps que toi le Liban mais aussi d'être auprès de toi...l'impression que tu es tout
prés de nous.. ceci a un côté rassurant, tu n'es pas complètement partie !!!


Nous t'embrassons et attendons avec impatience d'autres nouvelles



gotolebanon 21/11/2010 09:22



Parce que dans mon coeur, je suis toujours avec vous :) Je pense fort fort très fort à Ysée, Christian, tes parents et toi. embrasse tout le monde! Tu aurais aimé Baalbek,ville de contrastes, qui
parfois, j'ai un peu honte mais bon, me font rire. Je t'en dirais plus mais pas ici ;) je vous embrasse tous très fort



Cousine Fanny 09/11/2010 20:59



C'est chouette, tu découvres petit à petit ton environnement !


Courage pour le rapprochement avec les gens, ça va venir petit à petit.


Nous on pense toujours à toi et on te lit dès que tu publies quelque chose !


Plein de bisous

gotolebanon 21/11/2010 09:23



Merci pour ton soutien, je te promets que ca me touche beaucoup... et que te savoir "près" de moi quand ça n'allait pas, m'a fait aller mieux. j'espère que tout va bien pour vous! Je ne vous
oublie pas :) Merci encore pour tous tes encouragements et ton amour familialle à la pelle que tu m'offres :) A très vite! Biz à Alex et toi... et au chat aussi :p



Thaïs 09/11/2010 20:51



L'article est peut être moche car j'ai beau modifier la mise en page, rien ne semble changer... veuillez m'en excuser, je vais essayer d'arranger les choses prochainement!