Actualités maronites, le retour

Publié le par gotolebanon

 

Nouvelles fraiches! Pour voir le premier article, cliquer ici. Pour voir l'origine de l'article, cliquez-.

 

 

rai_inline.jpg

Il aura fallu moins d’une semaine aux évêques maronites pour élire le successeur de Nasrallah Sfeir. Avec Mgr Béchara Raï, l’Église maronite se dote d’une figure forte

 

À 11h59 mardi 15 mars, les cloches des églises maronites libanaises ont sonné la nouvelle : le 77e patriarche de la communauté venait d’être élu.

Mgr Béchara Raï, évêque de Jbeil (cité portuaire connue aussi sous le nom de Byblos), remplace le patriarche, le cardinal Nasrallah Sfeir, de vingt ans son aîné, qui avait demandé le mois dernier au Vatican d’être relevé de ses fonctions à cause de son âge.

À 71 ans, le nouveau patriarche d’Antioche et de tout l’Orient va prendre en main la destinée de la plus importante communauté chrétienne d’Orient. L’Église maronite réunit environ cinq millions de fidèles dans le monde, dont un million au Liban.

Défend le patriarche Sfeir et l’Église maronite

Au Liban, le visage de Mgr Raï est loin d’être inconnu : ces dernières années, il est régulièrement monté au créneau pour défendre le patriarche Sfeir et l’Église maronite en général, souvent accusés de partialité dans les affaires politiques libanaises.

Opposées aux options politiques du cardinal Sfeir, des figures comme le général Michel Aoun ou le chef du mouvement Marada, Sleimane Frangié (petit-fils du président libanais), s’étaient fait une spécialité en attaquant le patriarche.

En 2009 par exemple, juste avant les élections législatives, Mgr Raï n’y était pas allé par quatre chemins : « L’Église ne suit aucune tendance politique. Et notre loi est catégorique : quiconque insulte ou diffame le patriarche sera puni d’excommunication ! »

 

Plus le profil d’un pasteur que d’un politique

À Bkerké, siège du Patriarcat maronite au Liban, l’ambiance était donc à la fête mardi, après l’élection de Mgr Raï. « Notre joie n’a pas de limites », a commenté le patriarche sortant à l’égard de son successeur. Dans les coulisses, la plupart des figures religieuses se félicitent de ce choix attendu : Mgr Raï figurait dès le début parmi les trois grands favoris à la succession du cardinal Sfeir.

L’homme a plus le profil d’un pasteur que d’un politique, ce qui n’empêche pas une certaine fermeté. «?C’est quelqu’un de droit dans ses bottes, explique un proche de Bkerké. Et c’est très bien, car notre Église a besoin de serrer quelques vis en ce moment. Comme tous, il a aussi ses adversaires « politiques » au sein de l’Église et du panorama politicien libanais.

 

Entrée en fonction le 25 mars

Maintenant, le plus difficile sera pour lui de s’imposer comme le patriarche de tous les maronites, sans distinction. Et au-delà de la scène locale, une chose est sûre : il est très concerné par le sort de tous les chrétiens d’Orient, comme il l’a montré en janvier dernier après les attaques contre les coptes d’Égypte. ».

Intervenant lors du synode pour le Moyen-Orient, il avait été remarqué pour la vigueur de ses interventions. L’entrée en fonction officielle du 77e patriarche maronite est prévue pour le 25 mars. Un symbole dans ce pays qui a fait de la fête de l’Annonciation un nouveau jour férié pour célébrer l’entente islamo-chrétienne.

 

David HURY

Photo : Mgr Béchara Raï, O.M.M., évêque maronite de Jbeil (Byblos). (Alessia Giuliani/CPP/Ciric) 

Publié dans les mots des autres...

Commenter cet article

maryane 21/04/2011 19:29



je ne retrouve pas ton adresse mail, paux-tu me la renvoyer ? merci


tu es bien silencieuse ce mois-ci ... quelles sont les questions qui te tracassent ?


je pars demain pour la bretagne, retrouver pour 1 we mes amis du vides : 3 compagnons de formation et d'autres amis voyageurs ... nous parlerons de toi car une de ces amis t'avait vue à lyon


à très bientôt !