Juste une mise au point...

Publié le par gotolebanon

... Sur les plus belles images de ma vie!

Comme la connexion libanaise est plutôt faible, je vous laisserai le soin, pour accompagner la lecture de cet article, d'écouter ce joyau de la variété nunuche française vous-même. Ou pas.

De fait, il ne vaut mieux pas. J'écris... dans "ma chambre de Baalbek", comme le dit Samar, une libanaise qui travaille à l'école comme pédagogue et psychologue, incroyablement gentille, intelligente, belle et avec qui je me sens libre de parler de tout... de politique, de religion, de la question palestinienne, de ma vie personnelle et quotidienne en France, même si elle est chiite et moi catholique. Et chez qui je loge pour deux jours. L'échange est incroyablement enrichissant. Passionnant. Vivifiant et casse de nombreuses idées reçues. Me rappelle pourquoi je suis là. Même si enfin de compte, vous ne savez pas pourquoi je suis là. Et que vous ne le saurez pas dans cet article, déjà assez long comme ça!


 P1000452.JPG

Juste au mise au point... non pas en images, mais en quelques mots: Don Bosco, Valdocco, Vidès, volontariat éducatif et Salésien.

 

Pour certains, ces mots ne signifient rien. Pour d'autres, ils m'en ont entendu parler un nombre incalculable de fois mais ont, enfin de compte, ou une image faussée, ou alors une idée trop floue du sujet pour ce faire une opinion réele. Puis certains savent très bien de quoi je veux parler.

 

Il était une fois une petite fille qui rencontra un bonhomme extraordinaire. Un homme patient, sage, énergique et confiant en la jeunesse: Saint Don Bosco. Je ne peux vous parler de suite de ce merveilleux éducateur qui est aujourd'hui le guide de milliers de jeunes dans le monde entier. Ce prêtre de Turin a voué sa vie à la jeunesse, et nous a légé une spiritualité tout à fait novatrice, celle d'une spiritualité et d'une relation à Dieu dans l'éducation et l'accompagnement des jeunes. Une spiritualité tout à fait actuelle, favorisant le dialogue entre les différentes communautés et confessions... une spiritualité et un homme qui méritent amplement une mise au point number two. J'y viendrai donc dans un autre article.

Ma route a croisé grâce à lui beaucoup de choses, mais en particulier une mission lyonnaise qui a changé ma vie même si je n'y ai pas particulierement oeuvré: le Valdocco du grand lyon, une association loi 1901 pour la prévention, l'accompagnement et le soutien des jeunes des cités (lien ici ), association qui m'a permis de découvrir de plus prêt la population maghrebine des cités lyonnaises, et donc la religion musulmane. En même temps (en plein milieu de la crise d'ado) le goût de l'engagement a pointé son nez l'air de rien, et le scoutisme a aterri sans crier gare dans la vie de l'anti scout que j'étais (mais là n'est pas la question) ... et a construit les bases de ce que je suis aujourd'hui et la façon dont j'ai choisi de mener et dessiner ma vie.

 

Pourquoi le Liban?

 

Mais remontons un peu plus loin. Ce n'est pas dans un trip "autobiographique" que j'écris ces lignes. Juste parce que j'ai envie d'expliquer une des raisons pour lesquelles je suis aujourd'hui au Liban et pas au Burkina Fasso ou au Pérou... L'origine d'un projet au Liban ne date pas d'hier. Plus justement, je dirais que ce pays me tend les bras depuis ma septième année.

Parce qu'à sept ans, j'ai rencontré soeur Marie Kerrouze, une soeur qui chante dans le monde, accompagnée d'oud et autre instruments du moyen Orient, des chants Maronites. Parce qu'à sept ans, j'ai eu l'occasion de vivre une magnifique soirée de 8 décembre à Lyon avec elle et ses musiciens. Et que depuis, je suis amoureuse de la musique arabe, en particulier de celle d'Israël et du Liban.

Puis, à 11 ans, j'ai rencontré une jeune fille qui compte parmi les personnes les plus importantes de ma vie, dont la maman est libanaise. Et que même si elle ne connait pas le Liban, j'ai découvert avec elle la joie de la cuisine libanaise. De l'accueil libanais, des cafés dégustés sur le balcon, des kaak Marmoul partagés lors de la semaine de Pâques, de l'esprit de famille comme ciment de la vie.

Puis le Valdocco, l'actualité, le scoutisme, les rencontres de volontaires lors des WE du mouvement salésien des Jeunes... la curiosité, l'envie de comprendre comment marche le monde, l'envie de découvrir plus la région du monde qui fait la une de nos journaux tous les jours et les pratiques religieuses qui heurtent parfois notre vie quotidienne, l'envie de découvrir une culture riche et qu'on oublie trop souvent sous les images de l'extremisme ou du terroriste...

Pour finir, un voyage particulièrement marquant en Algérie, des rencontres encore et encore le scoutisme et la lecture ont achevé de me faire tomber amoureuse de la culture arabe, même si je ne suis absolument pas une spécialiste et qu'enfin de compte, cet amour est plutôt naïf et exempt de toutes connaisances. Cela n'empèche que, je suis amoureuse.

 

Et le moyen orient fut un choix logique quand j'ai choisi de partir avec le Vidès.

 P1000130

Le Vidès, kesako?

 

Vous l'avez compris, Don Bosco et la congrégation qu'il a fondé sont un des piliers qui fonde ma vie de jeune adulte. Apparait alors ici le mot central qui donne sens à ce que je vous raconte depuis cinq minutes: celui de "Salésiens et Salésiennes de Don Bosco" (ok, ça fait 6 mots). Leurs missions sont multiples (liens ici, ici, ici et , , et ). Parmi elles, celle du volontariat éducatif. Celle que je suis en train de vivre.

 

Vides. On pourrait y lire vide, le contraire de plein si vous préférez (cass dédi à Méli et CiJi!) mais comme c'est un sigle italien, ça se prononce Vidès, et c'est aussi une réalité pleine de vies, de projets, d'hommes et de femmes oeuvrant pour le respect des plus petits et pour la paix entre les cultures.

Le lien est mais je tiens à en toucher un mot ici. Après tout, c'est ma vie depuis deux semaines et cela jusqu'au 24 juin et bien plus si affinités.

Le Vides est donc un organisme international de Volontariat Educatif, créé par les soeurs salésiennes. La traduction du sigle en italien signifie Volontariat International pour l'éducation , le developpement et la promotion de la Femme.

 

Le Volontariat Educatif salésien, c'est tout simplement une présence volontaire et donc bénévole dans des orphelinats, écoles, centres d'accueil, pour des cours, de l'animation, de la cathéchèse, du soutien scolaire, de l'accompagnement... dans une mission salésienne déjà existante. Le volontaire partage la vie de la population qu'il rejoint par son travail et sa présence, mais aussi la vie des soeurs ou des frêres, car il vit en communauté.

 

International car la présence salésienne est mondiale: les volontaires choissisent leurs destinations selon leurs gouts mais aussi selon les besoins des communautés, et selon ce que les responsables du Vidès-France, après une formation de deux semaines, du discernement et beaucoup de dialogues, jugent bon pour eux, en accord avec eux. On peut bien sûr s'engager en France. L'idée, c'est donner de se temps, de s'offrir là où on veut bien de nous et de, pendant un temps donné (pour moi, huit mois) vivre une experience salesienne et éducative chaque jours.

 

Ce n'est pas de l'humanitaire. Clairement, on ne sauve pas le monde. Notre présence n'est pas indispensable. Mais elle est un plus. Parce qu'elle permet la rencontre avec une autre culture, d'une autre réalité, aussi bien de notre côté que de celui des jeunes et des familles que l'on rencontre. Parce qu'elle est une présence et que les jeunes en ont souvent besoin. Parce que, dans mon cas, elle est une présence instructive, car nous ne sommes pas de la même religion, et nos échanges et travaux communs apprennent le respect. Notre présence est un témoignage je crois, tout simplement. Dans mon cas, un témoignage de jeune chrétienne, mais aussi de jeune occidentale urbaine qui a tout pour vivre (ça, je m'en rends compte ici de façon évidente) d'une jeune française qui à la chance de vivre dans un pays où la liberté est une valeur importante et où l'etat s'occupe réelement de ses citoyens... on parle de querelles politiques en Europe, on (je...) crache sur les politiques, la politique, le système français... Mais il suffit de se bouger au Moyen Orient pour relativiser un minimum...

 

Pour revenir au Vidès, je dirais même que, même si nous sommes poussés au volontariat dans la volonté de se mettre au service, donc de s'oublier un peu, c'est nous qui recevons le plus, car je crois que c'est une experience qui change notre vie car cette dernière est déplacée. Nos repères changent, et la vie en communauté et dédié à l'Autre pousse obligatoirement à se poser des questions sur les couleurs que l'ont veut donner à notre avenir. Et vivre ailleurs déplace nos points de vue et convictions profondes à d'autres angles.

 

La salle de classe semble différente, quand on monte sur le bureau...

Ô capitaine, mon capitaine...

 

C'est un peu ça, le mot "developpement" du sigle: dans un volontariat, il n'y a pas d'autre choix que grandir, spirituellement, que l'on soit croyant ou pas, et humainement.

 

Pour résumer mon blabla: 

Le Volontariat Vidès permet à des jeunes adultes de soutenir en actes et sur une durée de plusieurs mois, la mission salésienne en faveur de l’éducation et de la promotion des jeunes de milieu défavorisé, en France et dans le monde.

Le volontaire ne change pas le monde, il se change lui même et c'est cela qui change le monde.

 100 0987

photo 1: coucher de soleil sur Byblos

photo 2: coucher de soleil à Hadath Baalbek

photo 3: photo de sr Joumana, les EB8 et les EB9 (=les 4ème et 3ème)

 

 

 

 

 

 

Publié dans le Volontariat

Commenter cet article

Benben 23/11/2010 09:40



Super Tata tes articles, ça se lit aussi agréablement qu'une BD! Merci pour ces beaux partages.



Cousine Fanny 21/11/2010 14:00



Tu redécouvres ce qui est vraiment important dans la vie. C'est une belle découverte, souvent bouleversante. Ca serait intéressant d'en parler ensemble, j'ai mon petit point de vue là dessus ;-)


Gros Bisous

Pauline 20/11/2010 22:44



Merci pour ton éclairement sur les Salésiens! Cet article est très bien écrit par ailleurs!



gotolebanon 21/11/2010 09:16



Le trip Byblos arrive today, je ne t'ai pas oublié!! Je ferai un article sur la pédagogie éducative salésienne, quand j'aurai fini le bouquin sinon ^^ Moultes bises, j'espère que tu as pu
travailler. Courage!