Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur...

Publié le par gotolebanon

... le Liban sans jamais oser le demander!!

 

Déguisée en bouffonne du roi (ne vous inquiétez pas si vous ne comprenez rien, il y a juste les adeptes de Woody Allen qui peuvent saisir du sens dans ce qui ne semble pas en avoir...) car c'est bientôt la sainte Barbe*, voilà un article sans queue ni tête (ce qui est aussi le cas du bouffon après s'être coincé la main dans la culotte de la reine!)

 

Sans queue ni tête parce que  sans logique (mais j'ai plein d'idées pour les futurs articles... mais pas le temps suffisant, Pauline, comment fais-tu!) car sans thème ni fil directeur. Mais la vie n'a pas de fil rouge. Et parce que chaque jour que je vis ici m'apporte son lot de surprises, de découvertes, de "waouu" ébahis, de chocs et d'anecdotes rigolotes que je meurs d'envie de vous raconter. J'en ferais donc souvent, des articles de ce style.

 

Niveau concept, on va jouer à "Trois petits chats, chapeau de paille, paillasson, somnambule..." Je pense que vous connaissez tous. Ainsi, je partirai du narguilé... et nous verrons où cela nous mène!

 

"Une princesse dans son palais, la main sur sa hanche posée, couronnée, brodées"

P1000544

Au Liban, le narguilé est une tradition. Partout où une porte m'a été ouverte, que ce soit chez les chrétiens ou les musulmans, j'ai trouvé cet objet posé négligemment dans un angle du salon ou de la terrasse, tel un ornement décoratif... Pourtant, il est bien plus que cela. Plus qu'un objet, il est la représentation d'un état d'esprit: celui de l'accueil, du temps partagé avec l'étranger ou la famille. D'une manière de vivre, celle qui use d'une notion libertaire du temps, comme s'il nous invitait à oser le perdre... De symboles, ceux de la sérénité, de la convivialité mais aussi de la concorde. Ainsi, parait t'il qu'à Beyrouth, pendant les longues années de guerre,les familles emportaient le narguilé avec eux dans les caves où il devenait le compagnon des périodes obscures.

Ainsi, on le voit s'exhiber partout. Dans les cafés, les parcs, au bord de la mer... Insolemnent il est là, invitant à la paresse, à un instant entre amis... Pourtant, tout le monde sait que le narguilé, ou chicha, est nocif. J'ai trouvé sur internet le moyen d'y remedier... Et vive le Narguilox, moouarf!

Plusieurs fois j'ai été invité à partager un narguilé. C'est vraiment culturel et j'avoue que l'instant est très sympa, car c'est l'Orient qu'on épouse au moment où la fumée pénètre notre bouche, pour les raisons évoquées plus haut. Pourtant, je ne souhaite pas renouveller souvent l'opération... bousiller mes poumons au Liban, très peu pour moi (déjà que je bousille ma ligne!)

 P1000547

"Aussi longtemps que je verrais des narguilés, une certaine confiance ne me quittera pas. Ces fumeurs ressemblent à l'enfant qui tête. Le tuyau défie le temps, l'empêche de filer comme sur une autoroute, sa courbe ralentit la vie. Encore un instant de volute, monsieur le bourreau... Encore un songe de fumée..." Max-Poln Fouchet, Liban, lumière des siècles

 

Fumer tue, mais pas de partout

 

P1000151.JPGCela m'invite à la deuxième anecdote du jour... La cigarette. J'ai lu un jour que la convivialité libanaise se présentait autrefois sous la forme d'un café et d'une cigarette. Par les temps qui court, le café est devenu solitaire... mais pas toujours. Ainsi, cela faisait environ 7 jours que j'étais arrivée à Hadath, alors que je me promenais dans le quartier chrétien, une famille m'a invitée à partager avec elle la fin du dimanche après midi. Je maitrisais seulement 5 mots de conversation utiles ("Bonjour, je ne parle pas arabe") et eux quelques mots de français. Qu'importe! J'y suis restée plusieurs heures et j'ai passé un agréable moment. En arrivant, on m'a tout de suite proposé une tasse de café, et aussi une cigarette. J'ai dit non, puisque je ne suis pas fumeuse. A la quinzième propositions, je n'ai pas osé refuser... et ai failli mourir d'une intoxication (mais ceci est une autre histoire) Moralité de l'histoire: la cigarette reste ici dans les moeurs. Il y a encore des pubs concernant la cigarette, et beaucoup de monde fume (les paquets doivent couter environ 1 euro) et surtout fume de partout: dans les bus, les magasins, les cafés, les restaurants, le salon... Mon esprit français habitué au "fumer tue" peine visiblement à s'habituer, lui qui était accoutumé à un monde sans fumée. C'est un plus occidental qui me manque... Mais à Beyrouth, la campagne anti-cigarette avance. Ainsi, durant le marathon de Beyrouth, j'ai pu rencontré plusieurs associations qui luttait pour un Liban sans fumée. Pour le plaisir de savourer un café sans que notre nez ne soit titillé par cette apre fumée pleine de goudron.

 

Betrîd finjen quawhé?

 

"Voulez vous une tasse de café?" est ZE phrase que vous pouvez entendre du mont Liban en passant par Saïda jusqu'à Tyr. Symbole de l'accueil, il est le compagnon de chaque rencontre. Je pourrais vous citer une multitude d'exemples, car pas une de mes sorties n'a échappé à la régle: elles étaient toutes accompagnées d'une invitation d'un parfait inconnu à boire un café en famille sur sa terrasse.

J'en choisirai un, le plus récent: dimanche, alors que je randonnais entre Salima et Besri avec un groupe de prière oecuménique rencontré grace à Pauline, nous nous sommes arrêté à l'église afin d'assister à la messe. En sortant, nous avons été invité à boire une tasse de ce café, sombre et granuleux, au goût ténèbreux que mon palais français affectionne car il est inhabituel (et oui, nous on le boit sans mâre!) Et à partager quelques minutes de rencontre et de partage... Repartant vers la maison où nous dormions, notre groupe fut interpellé par un vieux couple sirotant le noir elixir sur sa terrasse. Nous sommes nombreux! Ce n'est pas grave, refaisons une rakweh (cafetière libanaise)! Et nous voilà partie pour un quart d'heure de discussions sur tout et rien, avant de repartir, sans se soucier du "temps perdu" car, enfin de compte, il ne l'était pas!

Un conseil si vous partez au Liban (ca, c'est pour le barbue, oui toi le concepteur du blog :) ) mieux vaut-il aimer le café, de peur de contrarier nos interlocuteurs... et si ce n'est pas le cas, essayer de s'y mettre un peu avant le voyage, avec trois ou cinq morceaux de sucre... Il suffit juste d'un morceau de sucre qui aide la medecine à couler!

 

Sinon...

 P1000966.JPG

-Les armes sont vendues librement et il n'est pas rare de croiser des enfants armés au coin d'une rue.

-Mon chauffeur a des photos de femmes à poils dans son portable alors que moi je ne peux pas mettre un top à bretelles.

-Le van qui m'emmene quand je pars en vadrouille à une télé sur le rétroviseur du pare brise... Pratique pour le chauffeur quand la route est monotone (et une raison de plus de flipper, une!)

-Les chînois sont partout.

P1000594.JPG

-Toutes les libanaises ont les sourcils super bien dessinés, et les ongles parfaitement manucurés. En général, elles sont plutôt très maquillées. Ici, les photos d'une vitrine d'un photographe de Zahlé.P1000528 - Copie (3)

-En mangeant au chef à Beyrouth (un petit resto bien sympa datant d'avant la guerre), j'ai pu comtempler le ravalement de façade d'une jeune femme. Levres gonflées, pomettes toc, rides inexistantes, nez rappelant celui de "beat it!" Il faut savoir que la chirurgie esthétique est en constante augmentation au Liban. Il y a même des banques qui font des prêts spéciaux!

P1000648-On cultive le haschisch sans trop de scrupule, ainsi que le cannabis. Et principalement dans la Beeka. Dans les 90's, les autorités libanaises ont détruit la quasi totalité des parcelles d'herbes, en proposant aux paysans des cultures de substitutions: la patate, le tabacs et les tomates... echec total, cultiver le cannabis est plus lucratif (étonnant dit donc!) en 2002, l'état a retenté une campagne de destruction. Là encore, echec puisqu'en 2007, 7 500 hectares de cannabis ont été semé. A Hadath Baalbek (petit bled loin de tout où je vis, vous l'aurez compris) je vois beaucoup de tabac sécher dehors. (sur la photo, à gauche, c'est du cannabis)

 

P1000958

-Il y a ce que je nomme personnellement des bondieuseries partout. En fait, je pense que dans un pays où il y a 17 religions officielles, un pays entouré de gouvernements islamiques qui louchent sérieusement sur lui (je parle de l'Iran), il est important d'afficher sa religion. Par exemple, on sait en regardant une voiture si son propriétaire est chrétien ou musulman (chapelet, autocollants christiques et chapellistiques, versets du Coran...) Puis en se baladant dans les quartiers, on voit tout de suite la religion des habitants: croix ou croissant de lune peints sur les murs, petites chapelles au coin des rues, affiches,... dans les magasins, des images de saints sont affichées aux murs, l'encent, les cierges et cie sont vendus en supermarché... (et, véridique, vu par Mag cet été: des mecs se font tatouer le Christ en croix dans tout le dos) Tout ça me fait bien tripper! Mais aussi réflechir sur le besoin de montrer sa foi... Par exemple, toutes les enseignantes chrétiennes de l'école ont un chapelet autour du poignet. Moi, je n'ai pas l'habitude ni le besoin d'afficher ma foi comme ça... mais je me demande si ça ne serait pas judicieux, vu qu'ici je suis vue comme une missionnaire chrétienne (ca y est, les élèves m'appellent "ma soeur", même si j'ai beau leur expliquer que je ne suis pas religieuse) Bref.

5-11-10 P1000038P1000332P1000334P10003335-11-10 P1000035

 

-Pour les libanaises, je suis blonde (bon, avec le soleil, c'est vrai que je vire au roux)

 

-Quand on rencontre quelqu'un, il vaut mieux attendre qu'il nous tende la main. Car parfois, les hommes, s'ils sont musulmans, peuvent refuser notre salut.

 

-La grande mode chez les musulmanes, c'est de se faire un gros chignon sous le voile. C'est super joli! Et très sexy. Serieusement, le contraste est saisissant. On peut voir une femme en tchador papoter avec une femme voilée mais en slim et talons aiguilles.

P1000554

 

-Sur la route de Beyrouth à Byblos, il y a une imitation du Christ de Rio.

 

-Quand les élèves font des bétises ou que les enseignantes veulent rétablir le calme, elles disent "demoiselle!!". Au début, j'ai cru que c'était une faute de français. C'est en fait un arabisme. C'est comme lorsqu'un enfant appelle sa maman sans cesse :

"Maman??? maman??? maman?????

 -Quoi Maman?!! Qu'est ce qu'il y a Maman???!!!!"

 

-Il y a des décos de Noël mais il fait toujours beau donc c'est bizarre (mais il fait froid!) D'ailleurs, le temps n'est pas normal, et cela inquiète beaucoup les libanais... Lebnan (Liban en arabe) vient de la blancheur des montagne libanaises... Hors, en ce moment, les montagnes sont arides...

P1010030

 

-Les installations électriques sont anarchiques...

P1000367

 

-Enfin, et ça c'est pour Liloo et Thib, le Liban c'est trop cool parce qu'il y a pleins de fêtes religieuses. Les mawmouls étant réservés à Paques, mon estomac attendait avec impatience le mois d'avril. Mais, Ô joie! La fête musulmane dont je vous ai parlé dans l'article précedent est une sorte de fête de Pâques... et donc il y a des Mawmouls!

 

-Les films qui sortent sont en VO sous titrés arabe et français. Au passage, foncez voir Harry Potter et les reliques de la mort, il déchire!

 

* Sainte Barbe (from Wiki): Barbe la grande martyre ou sainte Barbe ou sainte Barbara (en grec et en latin) est une sainte de l’Église catholique et de l’Église orthodoxe, fêtée le 4 décembre. Au Liban, les gens se déguisent et font du porte à porte. Ils commémorent la fuite de Barbara de la tour où elle fut emprisonnée. Cette fuite n’aurait été guère réussie sans l’aide de ses amies qui lui donnèrent l’idée de se déguiser. La tradition veut aussi qu'elle se nourrissait de blé lors de sa fuite. En mémoire à Sainte Barbe, ce soir là, les libanais préparent une bouillie sucrée fait de graines de blé parfumées à l'anis. Offrant aux visiteurs qui cognent à leur porte cette délicieuse collation, garnie d'une multitudes de graines, tel que; amande, pistache, pignon, noix...Cette tradition est surtout connue à Aamchit un village traditionnel libanais où se trouve une belle et ancienne église pour la sainte Barbe. La fête de sainte Barbe intervient exactement à 3 semaines du jour de Noël.

 

Publié dans la vie au Liban

Commenter cet article

Elise 04/12/2010 01:54



J'aime toutes ces photos du Liban!!! C'est trop bien!


Et on aimerait te voir toi un petit peu!!! (enfin je mais surement que je suis pas la seule...)


 



gotolebanon 10/01/2011 14:02



ben voila, c'est chose faite! Love U pinguine



Elise 04/12/2010 01:50



Super Article!


Tout de même, je crie au sacrilège le fait que tu ais mangé des maamouls en dehors de Paques! (Je suis surtout très jalouse...) C'est impardonnable. Quoique, peut-être qu'à partir de maintenant
je pourrais instituer le sacrifice du maamoul dans ma bouche, en l'honneur du sacrifice d'Abraham. Mmmmh... Intéressant...


 



Mehdi 01/12/2010 09:20



Merci pour ces news, je vois que ta connaissance du Liban progresse vite ;-) tu verra une fois que tu aura fibni l'aclimatation tu n'aura plus envie de partir.